L'idée d'avoir un blog ne date pas d'hier. Comme ma mère le dit si bien, « Faut ben rentabiliser tout ce temps-là devant l'ordinateur!» (elle disait aussi «Ok, décolle, ta soeur veut jouer aux Sims », cependant). J'ai tenté d'avoir pignon en ligne depuis que Sympatico à eu la chance de nous brancher en 2000. Tripod, Geocities, un beau site plein de <blink>, de <marquee> et des pop-ups au kilo pour pouvoir montrer qu'on pouvait imbriquer des tables en HTML.

Pourquoi celui-ci, pourquoi maintenant? Après plusieurs années derrière l'écran, à osciller entre les autoroutes virtuelles et les chantiers à peine battu, je pense avoir la rigueur pour alimenter celui-ci. Je considère cet exercice comme un de style, où je peux mieux organiser mes idées, avancer des opinions, et espère fournir un contenu intéressant.

À moins d'avoir vécu sous une roche depuis les deux dernières décénies, n'importe qui peut désormais se targuer de savoir ce qu'est un ordinateur et la plupart d'entre nous considère avoir une bonne littératie informatique. Le matériel est constamment miniaturisé, offert à rabais, plus puissant. À cela s'ajoute une forte démocratisation de l'espace internet et une hégémonie de l'appareil web.

Nos vies sont de plus en plus derrière un écran, qu'il soit de téléphone, tablette ou ordinateur. Ce blog se tiendra alors à cheval entre nos persona réels et numériques. Technocrasse. La technologie au service des gens. Ou l'inverse. Quelque chose du genre.